•  

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    2 commentaires
  •  

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    2 commentaires
  • Lʼancien enseignement hawaïen du Hoʼoponopono : le mariage
    par Ihaleakala Hew Len, PH.D

    John regarde le texte de son travail sur lʼécran de son ordinateur pendant quʼil tape. Un message apparaît et lui annonce quʼil vient de faire une faute. Il supprime la faute et fait la correction. Personne ne sʼattend à ce quʼil se mette à crier ou à accuser son ordinateur pour cette erreur.

    Ces derniers jours, Peter a rechigné à aller à lʼécole. Cela ne lui ressemble pas. Dʼhabitude, il se lève et sʼhabille tout seul. "Le bus ne va tarder à arriver" lui rappelle sa mère. "Tu dois te préparer". Elle lui a parlé mais ne comprend toujours pas ce qui se passe. Elle ira voir son professeur.
    Sa réaction est typique de celle des parents dans cette situation. Personne ne sʼattendrait à ce quʼelle cherche à lʼintérieur dʼellemême pour trouver la source du problème et sa solution.

    Bill, 40 ans, a un mal de dos sévère et chronique. Il est client volontaire dans un programme dʼentrainement pour thérapeutes. "Depuis quand avez-vous mal au dos ?" demande un thérapeute. " Comment cela a-t-il commencé" demande un autre. "Avez-vous été stressé récemment ?"
    demande encore un autre.
    Puis, au milieu de ce déluge, une question inattendue : "Que se passe-t-il à lʼintérieur de moi qui se manifeste comme une douleur dans le bas du dos de Bill ?", "Cʼest qui, le petit malin ?", demande suspicieusement lʼinstructeur.
    La responsabilité totale, tout comme lʼargent poussant sur les arbres, ça nʼexiste pas. Cela nʼarrive ni sur la surface du globe, ni dans les relations sociales, ni au sein des familles, ni au travail, ni dans les entreprises commerciales, ni dans les directions régionales ou gouvernements nationaux, ni dans les communautés religieuses et encore moins dans les milieux thérapeutiques. Ça nʼexiste pas. Malheureusement, les problèmes, les maladies et même la mort en sont le résultat.

    Il existe pourtant un moyen de sortir des problèmes et de la maladie pour tout individu prêt à être 100% responsable du fait quʼil crée sa vie telle quʼelle est moment par moment. Dans lʼancienne technique Hawaïenne de guérison du Hoʼoponopono, lʼindividu demande à lʼAmour de rectifier les erreurs à lʼintérieur de lui-même. "Je suis désolé, sʼil te plait pardonnes-moi pour quoi que ce soit à lʼintérieur de moi qui se manifeste ainsi sous la forme de ce problème". La responsabilité de lʼAmour cʼest alors de transmuter alors les erreurs intérieures qui se manifestent sous la forme du problème. LʼAmour procède en effaçant et en corrigeant la faute, comme dans lʼexemple de John devant son ordinateur, mais dans la banque de données informatique de lʼesprit.

    Si la mère de Pete le demande, lʼAmour va effacer dans ses pensées, lʼerreur qui se manifeste comme le problème de son fils. Dans leur travail, les thérapeutes peuvent demander à lʼAmour dʼeffacer de leur esprit les erreurs qui se manifestent comme problèmes chez leurs
    clients.

    Dans le mariage de la responsabilité totale et de lʼAmour, les problèmes sont résolus, la santé est restaurée et la vie régénérée.
    Ceci est évoqué de manière lyrique par Shakespeare dans le Sonnet CXLVI :

    " Vends tes heures de poussière sur terre en échange de temps au ciel.
    Nourris-toi au dedans, et ne tʼenrichis plus au dehors.
    Ainsi tu te nourriras de la mort qui se nourrit des hommes ;
    et, la mort une fois morte, tu nʼauras plus rien de mortel ".
    « Acquiert du temps au ciel contre des heures de poussière ,
    Sois nourri au dedans, ne recherche plus les richesses extérieures,
    Ainsi tu te nourriras de la mort qui se nourrit des hommes,
    et la Mort une fois morte, tu nʼy succomberas plus ».

    Apprenez les véritables Amour et Pardon à travers lʼancienne pratique Hawaïenne du Hoʼoponopono.
    Source : http://hooponoponofrance.org

    Ho'oponopono

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Et s'il n'y avait rien à l'extérieur ?

    L'une des choses les plus importantes que j'ai découverte grâce à l'Identité de Soi par le Ho'oponopono, c'est cette idée d'être "à 100% responsable".
    Qu'est-ce que ce changement de perspective a changé dans ma vie ?
    Tout !
    Concrètement ça veut dire que jusque là je croyais que la plupart des problèmes qui apparaissaient dans ma vie venaient de l'extérieur, des gens, des circonstances, de mes erreurs,de...,de...
    Et puis grâce au Ho'oponopono, j'ai réalisé que tout problème venait des mémoires en moi et que ce prétendu "extérieur" était juste un écran sur lequel les "mémoires" se projetaient.

    Par exemple, avant, un conflit avec mon épouse semblait totalement prendre source dans "son" attitude... Accepter de penser qu'il n'y a rien à l'extérieur m'a permis de changer de point de vue et de me dire : "Quelles sont ces mémoires qui remontent en moi qui produisent ce conflit avec mon épouse ?"
    A partir de là au lieu de me fâcher, de m'engager dans un drame, à chaque fois une lumière se met à clignoter dans ma tête : "Cleaning !Cleaning !Cleaning !"
    Je fais donc mon Cleaning et je laisse passer en toute confiance. Du coup les conflits deviennent de plus en plus rares et brefs et ils ne laissent plus de traces. Et il en est de même dans toutes les situations de ma vie quotidienne impliquant "les autres" ou “lʼextérieur”. Une panne de voiture, un robinet qui fuit, des problèmes dʼordinateur, cette prétendue “réalité “ nʼest faite que de mémoires qui se projettent.

    Et la chose merveilleuse dans la technique, c'est que je n'ai même pas besoin de me dire : "Mais pourquoi ?", "Mais comment ?", "Mais qu'est-ce qui ?".
    Le Docteur Hew Len répète souvent le slogan de Nike: "Just Do it !".
    En effet, il est inutile de comprendre le fonctionnement du coeur pour que le coeur batte. Il bat de lui-même parfaitement bien, j'ai juste à lui faire confiance. C'est pareil avec le "Cleaning". Je lâche prise et je laisse faire. Il me suffit juste de passer en mode "Cleaning" en utilisant le procédé qui me semble le mieux correspondre au moment... C'est comme une machine à laver... Je choisis mon mode de lavage. Jʼappuie sur le bouton et je laisse faire.

    Au cours du Basic 1, à part les programmes de “lavage” très connus :
    "Je m'excuse", "Pardonnez-moi", "Merci", "Je vous aime", on apprend plus d'une vingtaine d'autres techniques assez amusantes qui permettent de faire du "Cleaning" une activité plutôt ludique.
    Au début de ma pratique, j'avais encore tendance à penser que le "Cleaning" s'appliquait à ma relation avec les autres. En fait, grâce à cette idée de base qu'il n'y a rien ni personne à l'extérieur et que tout se passe en moi j'ai réalisé que lorsque je dis "Je vous aime", je ne parle pas aux gens "dehors", je n'essaie pas d'être "gentil" ou "spirituellement évolué", non. Tout ce que je souhaite c'est laisser partir les mémoires et les transmettre à l'Univers pour transmutation. Je m'adresse donc aux mémoires et à personne d'autre.

    Donc dire "Je m'excuse" c'est simplement comme appuyer sur la touche "Effacer" d'un ordinateur.
    Un problème sur l'écran de ma conscience. Hop! J'appuie sur la touche "Je m'excuse" en continu et l'Ordinateur Universel fait le travail tout seul. Pas besoin de s'inquiéter ni de se demander si ça marche.
    L'intérêt de "l'Ordinateur Ho'opononopono" c'est que toutes les touches du clavier servent à effacer.
    La touche "Je vous aime" est l'une de mes favorites mais dans le texte du Docteur Hew Len, "Qui prend les décisions", sont aussi décrites la touche "Merci", la touche "Eau bleue solarisée", la touche "fraises" et la touche "myrtilles”,... Il y en a plein d'autres très sympathiques dont l'usage est expliqué en détail pendant le basic 1.

    Enfin avant de terminer ce petit compte-rendu de mon expérience, je voudrais revenir sur cette notion de "100% "responsabilité".
    En fait ça ne signifie pas "100% culpabilité".
    Rien à voir. Ça ne signifie pas non plus que je dois devenir nerveux de faire mon "Cleaning".

    En fait, pratiquer le “Cleaning” est aussi simple que de respirer. Lorsqu'on respire on sait qu'on respire pour soi, mais le reste, l'assimilation, les échanges physico-chimiques, pas besoin de s'inquiéter ou de "comprendre" comment faire, c'est la Vie qui s'en charge.
    Pour moi, le Ho'oponopono c'est pareil, c'est devenu une sorte d'exercice qui me permet de respirer un air purifié des mémoires. Ça m'aide à vivre autant que faire se peut en état "Zéro mémoires"; l'état d'inspiration, de liberté, le Tao qui ne peut être nommé, le “Vide” dont parlait Bouddha, “lʼÉtat dʼEnfance” souvent évoqué dans les enseignement de Jésus Christ... La Paix du “Je”, au delà de toute compréhension.

    Patrice Julien
    Source : http://hooponoponofrance.org

    ho'oponopono

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Au delà des moyens traditionnels : hoʼoponopono


    Une interview avec Morrnah Simeona et le Dr. Stan Hew Len* par Deborah King – contributeur régulier du  New Times.


    "Nous pouvons faire appel à la Divinité qui connaît notre modèle personnel, pour guérir toutes les pensées et mémoires qui nous retiennent en ce moment présent ", confie Morrnah Simeona dʼune voix
    douce. "Il sʼagit dʼaller au-delà des moyens traditionnels dʼaccès à la connaissance de soi-même".
    Le procédé dont parle Morrnah se base sur une ancienne méthode Hawaïenne de réduction du stress (lâcher prise) et de résolution de problèmes appelée Hoʼoponopono. Le mot Hoʼoponopono signifie rendre droit, rectifier une erreur. Morrnah est Kahuna Lapaʼau originaire de Hawaï. Kahuna signifie "gardien du secret" et Lapaʼau signifie "spécialiste guérisseur". Elle fut choisie pour être Kahuna quand elle était encore enfant et reçut le don de guérir à lʼâge de trois ans. Elle est la fille dʼun membre de la cour de la reine Liliuokalani, dernier souverain des Iles dʼHawaï. Le procédé qui est maintenant révélé est la modernisation dʼun ancien rituel spirituel de purification. Il sʼest révélé tellement efficace que Morrnah a été invitée aux Nations Unies, à lʼorganisation Mondiale de la Santé et dans de nombreuses institutions pour enseigner cette méthode à travers le monde entier.


    Mais comment fonctionne le Hoʼoponopono ?

    Morrnah explique : "Nous sommes lʼaccumulation de toutes nos expériences, ce qui revient à dire
    que nous sommes chargés de nos passés. Lorsque nous expérimentons du stress ou de la peur dans nos vies, si nous nous observions attentivement, nous pourrions nous rendre compte que la cause est en fait une mémoire. Ce sont les émotions qui sont liées à ces mémoires qui nous affectent actuellement. Le subconscient associe une action ou une personne dans le présent avec quelque chose qui sʼest produit dans le passé. Lorsque cela se produit, les émotions sont activées et le stress survient".
    Elle poursuit, "Le but principal de ce procédé et de découvrir la Divinité en nous. Le Hoʼoponopono est un don plein de profondeur qui permet à chacun de développer une relation de coopération avec la Divinité à lʼintérieur de soi et dʼapprendre comment demander quʼà chaque instant, nos erreurs en pensées, paroles et actions soient nettoyées. Le procédé vise essentiellement la liberté, la complète libération du passé".
    Toute mémoire liée à chaque expérience, depuis le premier moment de notre création, il y a des temps immémoriaux, est enregistrée sous forme de pensée et stockée sur le plan etherique. Cet incroyable ordinateur/enregistreur est aussi connu sous le nom de subconscient, Unihipili, ou aspect enfant à lʼintérieur de chacun de nous. Lʼenfant intérieur est tout à fait réel et représente une partie du Soi. Les autres aspects sont la Mère, identifiée aussi sous le nom de Uhane ou mental rationnel, et le Père, superconscient ou aspect Spirituel. Ils forment tous trois la famille intérieure, qui en partenariat avec le Créateur Divin forment lʼidentité de Soi. Tout être humain dans la création, toute plante, atome et molécule possède ces trois aspects et cependant chaque modèle est totalement différent.
    La tâche la plus importante pour chacun est de trouver sa véritable identité et sa véritable place dans lʼUnivers. Ce procédé permet dʼaccéder à cette compréhension.


    Le but du Hoʼoponopono est de :

    1) Se connecter avec la Divinité Intérieure moment par moment.

    2) Demander que chaque mémoire et son contenu soient purifiés. Seule la Divinité peut le faire. Seule la
    Divinité peut effacer ou corriger les mémoires et les formes pensées. Puisquʼelle nous a créés, la Divinité elle seule sait ce qui se passe à lʼintérieur de nous.
    Dans ce système, nul besoin dʼanalyser, de résoudre ou de sʼoccuper des problèmes. Puisque le Divin nous a créés, il suffit de se tourner directement vers Lui et de lui demander de corriger et de nettoyer ce qui doit lʼêtre.
    Dans le domaine de la résolution de problèmes : le monde est une réflexion de ce qui se passe à lʼintérieur de nous. Si vous expérimentez de lʼirritation ou un déséquilibre, cʼest à lʼintérieur de vous-même quʼil faut vous tourner et non pas à lʼextérieur, vers ce qui semble causer le problème. Tout stress, déséquilibre ou maladie peut être corrigé en travaillant ainsi uniquement sur vous même. Il est important de signaler que ce système est totalement différent des autres formes de Hoʼoponopono : Dans la méthode traditionnelle tous ceux qui sont impliqués dans le problème doivent être physiquement présents pour le résoudre ensemble. Dans la méthode de Morrnah, tout peut être géré par vous et la Divinité. Vous nʼavez pas besoin de vous éloigner dʼun centimètre de vous-même pour obtenir lʼaide ou les réponses nécessaires. Personne ne pourra jamais vous donner de meilleures informations que celles que vous pourrez trouver à lʼintérieur de vous-même.

    Morrnah recommande particulièrement le Hoʼoponopono à ceux qui travaillent dans les métiers du soin et de la guérison : "Il est important de nettoyer les modèles karmiques avec vos clients avant de commencer à travailler avec eux, ainsi vous ne réactiverez pas des vieilles choses entre vous. Peut-être devriez-vous ne pas travailler du tout avec cette personne. Seule la Divinité le sait. Si vous travaillez avec une personne avec qui vous ne devriez pas, vous pouvez prendre sur vous tout son problème et tout ce qui y est associé. Cela peut provoquer un épuisement. Le Hoʼoponopono propose des outils pour éviter que cela se produise".
    Morrnah a souhaité que dans la société Occidentale, chacun dʼentrenous contribue à la réduction du stress. "Les Occidentaux ont les plus grandes difficultés à laisser lʼintellect de côté. Il est très difficile pour un mental Occidental dʼaccéder à lʼʼEtre Supérieur parce que dans dans les églises Occidentales, les Etres Supérieurs ne sont pas vraiment révélés". Elle poursuit : " lʼhomme Occidental est allé très loin avec son intellect , il divise et maintient les gens séparés. Ainsi lʼhomme devient destructeur parce quʼil manipule et contrôle plutôt que de laisser la force creatrice du Divin couler à travers lui, lui inspirant lʼaction juste".
    Morrnah travaille avec son associé le Docteur Stanley Hew Len* qui a passé plusieurs années comme psychologue clinicien à lʼHôpital Régional de Hawaï. Il a obtenu des résultats imoressionnants en utilisant cette méthode avec les criminels psychopathes les plus dangereux et les plus violents de Hawaï. Cependant, il ne leur parlait pas, il ne demandait pas à les examiner. Il se contentait dʼécrire leurs noms et de travailler sur lui-même. Il nettoyait ses jugements, croyances, attitudes et demandait à la Divinité ce quʼil pouvait faire pour cette personne. Au fur et à mesure que ces liens et mémoires étaient nettoyés, les patients guérissaient. "La Divinité", commente Stan, "dit quʼil est temps de ramener les enfants à la maison".
    [*également connu sous le nom de Docteur Ihaleakala Hew Len.]

     

    Source : http://hooponoponofrance.org

     

     

    ho'oponopono

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    1 commentaire

  • Dans les années trente, quelque part en Orient, des personnes ont tenté de prouver la tangibilité de la pensée et les vibrations engendrées par cette dernière. Elles cherchaient entre autres à photographier ces vibrations. Et elles y sont parvenu… même à travers des murs d'acier ! Depuis, cette expérience a été reproduite à plusieurs reprises. (George W. Meek, From Enigma to Science, York Beach, Maine, Samuel Weiser, Inc., 1977).

    Du coup, ces personnes ont fait une découverte capitale en concluant que plus le penseur/émetteur chargeait émotionnellement sa pensée, plus l'image captée était claire ! Elles ont probablement été les premières à démontrer que l'énergie magnétique de la pensée existe et que la pensée est le produit de nos émotions. Toutefois, elles ont négligé de noter que, puisque les ondes vibratoires (les émotions) émises sont magnétiquement chargées, nous sommes, à proprement parler, des aimants ambulants, attirant vers nous tout ce qui oscille à la même fréquence, qui est sur la même longueur d'onde que nous.
    Par exemple, lorsque nous sommes de bonne humeur, gais et complaisants, nos émotions émettent des vibrations à hautes fréquences qui n'attirent en retour que de bonnes choses, c'est-à-dire tout ce qui oscille à la même fréquence. Qui se ressemble, s'assemble !
    Par ailleurs, lorsque nous sommes à l'antipode du bonheur, que nous ressentons de la peur, de l'inquiétude, de la culpabilité, voire de la préoccupation, ces émotions émettent des vibrations à basses fréquences. Puisque ces dernières sont tout aussi magnétiques que les hautes, ce qui converge vers nous, ce sont les événements désagréables, c'est-à-dire tout ce qui oscille à la même fréquence et qui nous fera nous sentir (et vibrer) aussi malheureux que ce que nous émettons. Lorsque l'émission est négative, la réception l'est tout autant. Il est alors questions de couple vibratoire.
    En conséquence, qu'il s'agisse de hautes vibrations de bonheur ou de basses vibrations d'inquiétude, ce que nous émettons chaque instant correspond à ce que nous attirons.
    Nous sommes les instigateurs des vibrations et, du coup, nous en sommes les aimants, la cause. Que cela vous plaise ou non, nous avons créé, et façonnons toujours, ce qui nous arrive. Nous sommes faits de chair et de sang, mais avant tout d'énergie… d'énergie magnétique de surcroît ! Nous sommes donc de véritables aimants ambulants !
    Aussi étrange que cela puisse paraître, il est grand temps de nous rendre à l'évidence que nous sommes des êtres électromagnétiques se baladant avec cette étonnante capacité d'attirer tout ce que nous désirons par le simple contrôle des émotions nées de la pensée.


    Par contre, puisque nous existons sur cette planète dans un champ magnétique principalement composé de basses fréquences émanant de plus de 6 milliards d'êtres humains qui émettent davantage de sentiments de stress et d'inquiétude que de bonheur, nous absorbons involontairement ces vibrations et y réagissons systématiquement.
    Donc, tant que nous n'apprendrons pas à nous prévaloir contre ces basses fréquences envahissantes, nous continuerons à recycler leurs impacts désagréables, jour après jour. A l'instar d'une baignade à la mer, si vous ne rincez pas le résidu salin, les démangeaisons deviendront éventuellement intolérables.

    Un fait est incontournable : nous récoltons ce que nous semons. Plus souvent qu'autrement, ces émotions surgissent de nos pensées et enclenchent instantanément des réactions électromagnétiques en chaîne qui, en définitive, entraînent l'avènement, la création, le retard ou la disparition d'événements.
    Réitérons de nouveau que nos sentiments sont projetés hors de nous sous forme d'ondes électromagnétiques. La fréquence émise attire des fréquences sœurs, causant ainsi des événements, agréables ou désagréables, appareillés sur le plan vibratoire.
    Les hautes vibrations de bonheur attirent de hautes circonstances de bonheur. Les basses et désagréables vibrations attirent de basses et désagréables circonstances.
    Dans les deux cas, ce qui nous revient influe sur les sentiments qui sont à l'image de nos émissions (émotions), puisqu'il s'agit d'un couplage vibratoire.


    C'est le principe du diapason. Faites-en vibrer un dans une pièce remplie de diapasons calibrés différemment. Ceux qui sont de la même hauteur de son vibreront en même temps que le vôtre, même s'ils sont situés à bonne distance les uns des autres. Qui se ressemble s'assemble. C'est une règle classique de physique.
    Par contre, contrairement au diapason qui maintient une même hauteur de son, les humains, avec leurs émotions changeantes, font culbuter les fréquences et les intensités magnétiques comme des boules numérotées à l'intérieur d'un bouclier. Un instant nous planons aussi haut qu'un cerf-volant et nous sommes aussi puissants que le soleil, l'instant d'après nous sommes aussi chargés énergétiquement qu'une vieille carpette. Ce qui nous fait basculer ainsi dépend du type et de l'intensité des émotions qui nous submergent : de "gai" à "aux anges" ou de "morose" à "déprimé".
    Donc, plutôt que d'être un diapason régulier et bien accordé, nous ressemblons davantage à un amalgame serré de diapasons à différentes hauteurs de son ou de fréquence cliquetant au hasard à tout moment en fonction de nos émotions aléatoires. Puisque d'un instant à l'autre nous vibrons de hautes à basses fréquences, les pulsations se neutralisent et nos vies réglées ne changent qu'à petits pas.


    Cependant, nous ne sommes pas des diapasons. Ce qui nous revient de ce méli-mélo d'énergie émotionnelle composite (les vibrations) que nous émettons inlassablement est rarement agréable. Plus souvent qu'autrement, il s'agit d'un incessant cortège d'événements imprévus, de circonstances désordonnées et de tentatives réussies ou ratées.
    Il va sans dire que nous avons créé par ce flux d'énergie au pire un tohu-bohu général, au mieux une vie de qualité inférieure attirant quotidiennement chaque expérience, chaque personne, chaque jeu, chaque événement, chaque rencontre, chaque incident, chaque épreuve, chaque hasard, chaque occasion et chaque épisode par l'émission de nos vibrations, de nos sentiments.

     

    Extrait de "Excusez-moi, mais votre vie attend" de Lynn Grabhorn

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks





    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires